Editorial : LA DOMOTIQUE NE DECOLLE PAS, LES OBJETS CONNECTES NON PLUS.

Posté le 24/12/15 par Bruno De Latour dans Lettre mensuelle,  1 Commentaire

 

C‘est le 27 novembre à Bercy que la sentence est tombée. Le Conseil général de l’économie,
appuyé par le gendarme des Télécoms, lève le voile sur l’équipement des Français en tablettes et smartphones (+ 6% et +12% respectivement), sur la chute des ordinateurs (-2%), mais surtout sur le marché de la domotique, qui ne décolle toujours pas. Seulement 8% d’intérêt en plus en quatre
ans, avec 6% d’utilisateurs (4% en 2011). La lenteur désespère les acteurs. Il faut avouer qu’ils ne se donnent toujours pas les moyens de convaincre, ni de trouver les applications et usages qui font mouche. Et les objets connectés suivent la même courbe. Même si 28% des Français se disent intéressés par les appareils connectés destinés à la santé et au bien-être, ou 21% par les dispositifs d’analyse du sommeil, les ventes restent faibles. Il faut apporter la preuve des usages, et se montrer beaucoup plus innovant. Sans chercher à noyer le poisson autour de multiples applications. Il faut aussi adopter un marketing imaginatif. Les constructeurs traditionnels ne se sont jamais remis en question et ont toujours cru qu’ils allaient vendre un système domotique comme une savonette. On constate un « manque d’usages innovants »,
souligne le cabinet Deloitte. 71 % des détenteurs d’un thermostat intelligent ne l’utilisent jamais. On s’en sert les premières semaines après l’achat, on en fait une démonstration à ces visiteurs, amis ou voisins, puis on finit par le ranger dans le placard… L’aspect ludique disparaît rapidement et l’utilisateur revient à ses activités traditionnelles. Des enquètes nous indiquent même que la motivation financière ne serait pas suffisante. « La tendance est bien réelle, mais les ventes évoluent plus lentement que ce que les entreprises espèrent » résume Alexandre Buselli du cabinet Deloitte. Vivre avec le produit et le pratiquer, pour en mesurer son ergonomie, ses apports positifs, ses inconvénients… Suivant cette pratique irremplaçable, la fille de Joël Renault, fondateur de Delta Dore , Valérie Renault-Hoarau, qui occupe le poste de directeur général de l’entreprise Bretonne, vient d’avoir la bonne idée de créer la TydomCommunity. Une communauté d’utilisateurs du système domotique Tydom, constituée par des employés de l’entreprise qui se sont vu offrir pour Noël la box Tydom 1.0. Vont-ils la transmettre à leurs voisins, à leurs enfants ou vraiment l’utiliser ? Nous ne manquerons pas de revenir les interroger. Réalisée en juin 2015 auprès d’un échantillon de 2209 personnes représentatif de la population française de 12 ans et plus, l’étude Credoc est assez instructive sur les usages des appareils connectés. Si on interroge les Français sur les nouveaux usages avec leur téléphone mobile, aucun n’évoque la commande de son système d’alarme, l’utilisation de caméras de surveillance, et autres actions de pilotage à distance. Comme s’il s’agissait d’usages pour demain. Pour les mettre en appétit, la société Nexity propose désormais ses 1ers logements connectés.
Bruno de Latour

1 Commentaire

  1. Sacksteder says:
    vendredi, décembre 25, 2015 at 10:34

    Je trouve l’exemple du thermostat connecté assez curieux car contrairement aux autres objets connectés, il a justement pour objectif de se faire oublier et de piloter le chauffage seul. Le mettre au placard est une action qui ne se fait pas comme de ne plus utiliser une montre connecté car il faut le démonter reparametrer la chaudière pour la mettre en manuelle…

Poster un commentaire

Votre email ne sera jamais publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont marqué d'une étoile *