Editorial Domotique News n° 295 – decembre 2014

Posté le 23/12/14 par Bruno De Latour dans Lettre mensuelle,  1 Commentaire

 

LES OBJETS DE LA VIE CONNECTÉE<em>
Ils vont prendre de plus en plus d’importance dans notre quotidien, perturber
nos habitudes de vie, modifier des comportements, parfois augmenter les risques.
Des dizaines de start-up se déchaînent sur cette nouvelle race d’appareils.
À première vue, le produit physique peut passer pour un gadget ; un thermostat, une centrale météo ou une balance. À y regarder de plus près ,en vivant avec lui, on remarque rapidement sa valeur, le service rendu et les développements possibles. Le produit connecté embarque des logiciels, des capteurs et des processeurs. Il offre des fonctionnalités améliorées. Le fabricant y a intégré une connectivité filaire ou non filaire. S’il reçoit une information concernant son environnement et s’il modifie son comportement, on parlera d’un objet intelligent. Évidemment il peut envoyer une température, un poids, un taux de CO2… Plus sophistiqué est l’approche systémique ; un appareil médical connecté dans une maison intelligente permet d’analyser la fréquence à laquelle les différents équipements sont utilisés afin d’évaluer plus précisément la santé des personnes âgées. De plus en plus de fabricants vont devoir améliorer leurs capacités en matière de gestion des données, de confidentialité et de sécurité. Cette nouvelle race d’appareillage offre de formidables opportunités de valeur aux fabricants. Les produits intelligents et connectés récoltent des informations précieuses et peuvent partager ces données avec le fabricant. Ce dernier ne perd plus de vue le produit : même chez le consommateur. Un nouveau modèle de gestion du cycle de vie des produits et de la relation client est donc en train de s’imposer. Un rêve en passe de devenir réalité ! Avant même qu’un éventuel dysfonctionnement n’altère le service au client, le fabricant en sera averti instantanément. Et la France occupe, pour le moment, une place enviable sur ce marché. Alexandre Chaverot, président d’Avidsen et de Smart Home International, coutumier des voyages intercontinentaux, parle d’ailleurs d’un savoir-faire français bien spécifique dans ce nouveau secteur d’activité. Une véritable « patte « française, écrit cet acteur du marché qui milite pour une domotique abordable pour tous ( une domotique de base à 500 euros et un suréquipement entre 800 et 1200 euros.). On compte les exemples d’entreprises à succès par dizaines : Sigfox (opérateur de réseau dédié à l’Internet
des objets alliant économie d’énergie et faible coût) pour la partie protocole de communication, Netatmo ( c e n t r a l e météo et thermostat connecté), MyFox (système domotique orienté sécurité ), Avidsen (maison intelligente), Sen-Se (mother), Fitbit…Oculus Rift (casque immersif pour jeux), Google Glass (lunettes connectées), Leap motion (contrôle sans contact), sans oublier les nombreux produits de santé de I-Health. Les objets connectés les plus répandus seront-ils ceux que l’on porte, les Wearable ? Lunettes, bracelets, et autres montres… qui surveillent nos comportements, comptent nos pas, calculent les calories consommées par notre activité physique, surveillent notre sommeil au vu de nos agitations, voire notre rythme cardiaque. Gadgets pour certains, témoins indispensables pour seniors et population fragilisée. Les actifs préféreront peut-être surveiller la qualité de l’air intérieur ou exétérieur, la météo… Et la plupart du temps, les mobiles seront les pivots du réseau d’objets connectés. S’ils fournissent de l’information en continu, ils peuvent aussi devenir « dangereux » pour la tranquillité, la sécurité de leur utilisateur. L’adoption devra se faire avec précaution et vigilance.
Bruno de Latour

One Trackback

  1. […] Editorial Domotique Nes n° 295 – decembre 2014Un nouveau modèle de gestion du cycle de vie des produits et de la relation client est donc en train de s’imposer. Un rêve en passe de devenir réalité … […]

Poster un commentaire

Votre email ne sera jamais publiée ou partagée. Les champs obligatoires sont marqué d'une étoile *